AG des professeurs de philosophie de l’Académie de Nice (AG-PPN)

Communiqué de presse
mardi 3 juillet 2012
par  SUD Education Var

Dans un souci de transparence, d’information des opinions publiques, de respect des usagers du service public d’éducation et des organes de presse, l’Assemblée Générale des Professeurs de Philosophie de l’académie de Nice (ci-après dénommée AG-PPN) diffuse le communiqué suivant.

Jamais l’enseignement philosophique n’a été aussi demandé et attendu par la société, et pourtant jamais il n’a fait l’objet d’attaques comparables à celles qu’il va subir dès la rentrée prochaine. D’un côté on entend dire qu’il faut plus de philosophie à l’école, de l’autre on constate qu’en réalité on va supprimer les moyens nécessaires à un enseignement philosophique digne de ce nom. Constatant l’aggravation des conditions d’enseignement de la philosophie dans les lycées de l’académie de Nice occasionnée par l’application aux classes terminales de la réforme des lycées dès la rentrée de septembre 2012 ; considérant le préjudice occasionné à l’instruction des élèves par cette application, l’AG-PPN a adopté deux motions
lors de sa réunion du 29 juin 2012. Vous en trouverez les textes dans l’annexe suivante.

La première motion, adoptée à l’unanimité, dénonce la mise en oeuvre de la réforme des lycées, qui conduit à une concurrence entre les disciplines et entre les équipes pédagogiques.
Cette réforme donne une autonomie aux établissements, mais supprime en même temps les moyens de la mettre en œuvre, ce qui occasionne des coupes sombres dans certains enseignements au profit d’autres, sous la seule autorité du chef d’établissement, qui justifie ses choix (en définitive arbitraires) par les moyens qu’on lui donne. Cette situation induit des disparités intolérables dans la continuité et l’équité du service public d’éducation.

L’enseignement de la philosophie a été lourdement sanctionné par ce dispositif discriminatoire dans l’académie de Nice comme partout ailleurs en France, ce qui se traduit par une suppression massive des dédoublements d’une heure d’enseignement dans les séries S et STI dès la rentrée 2012, dans les autres séries technologiques à la rentrée 2013. Concrètement, cela signifie que l’enseignement de la Philosophie ne se fera plus dans la plupart des cas qu’en classe entière, au préjudice des conditions d’étude des élèves.

L’AG-PPN tient à alerter le public, les élèves et leurs familles, sur le fait que le nombre de classes et d’élèves dont peut s’occuper un professeur de philosophie, pourra varier du simple au double (de 4 à 8 classes, de 140 à 280 élèves) selon les établissements, que ces
conditions d’enseignement sont non seulement insupportables pour les enseignants, mais préjudiciables aux élèves, et sources d’iniquité scolaire flagrante.

La seconde motion, adoptée à la majorité, appuyant la première et destinée à exprimer la détermination des personnels d’enseignement de la philosophie, décide de ne pas rentrer les notes de philosophie de la session du baccalauréat des séries générales et technologiques 2012 pour la date limite officiellement fixée le mardi 3 juillet 2012 à
10h00. Cette motion, largement discutée, a pour fonction d’alerter les autorités hiérarchiques sur la détermination des mandants.

L’AG-PPN, dans ses discussions, a accueilli favorablement les annonces du nouveau gouvernement concernant la politique d’éducation de la nation, le rétablissement de l’équité scolaire et l’intention de véritables réformes structurelles favorables aux missions de
l’institution. Elle est consciente que ces rétablissements ne pourront s’effectuer du jour au lendemain, mais tient à alerter les autorités sur la forte dégradation des conditions d’éducation dans le pays et sollicite une amélioration des conditions dès la rentrée 2012. Les professeurs de philosophie de l’académie de Nice, convaincus de la légitimité de leurs requêtes, s’engagent à défendre résolument leurs revendications dans les semaines et les mois à venir.

Dans cette intention, et dans l’espoir d’un règlement diligent, les professeurs de l’AG-PPN ont demandé audience (voir plus bas pour les détails) aux autorités administratives et pédagogiques de l’académie, afin d’exposer clairement et posément leurs inquiétudes et de
négocier les aménagements immédiatement disponibles dans l’académie de Nice pour rétablir l’équité scolaire et les conditions d’enseignement qui la favorisent.

L’AG-PPN invite les organismes de presse à la contacter pour toute information complémentaire.


ANNEXE 1 : MOTIONS VOTEES

MOTION 1 (approuvée à l’unanimité)

La suppression des dédoublements de droit imposée par la réforme des lycées implique une dégradation inédite des conditions d’enseignement de la Philosophie dans les séries scientifique et technologique. Elle constitue une atteinte au principe d’égalité des conditions d’apprentissage de tous les élèves et elle pénalise les plus fragiles d’entre eux.
Elle alourdit les services des professeurs, la charge de travail qui en découle, et les prive du temps nécessaire au suivi et à l’évaluation du travail de chacun de leurs élèves. Elle menace à terme le statut même de la philosophie dans l’enseignement secondaire en tant que discipline ouverte à tous, présente dans toutes les séries des filières générale et technologique.

Les professeurs de philosophie de l’Académie de Nice demandent dès la rentrée prochaine :
- le rétablissement de la quatrième heure professeur en série scientifique,
- le rétablissement du dédoublement de droit de la deuxième heure en séries technologiques.
- un cadrage national précis des heures dédoublées dans toutes les séries.

MOTION 2 (approuvée à la majorité)

Considérant qu’il en va pour nous de notre santé et des conditions fondamentales qui nous permettent de dispenser un enseignement de qualité, nous décidons une rétention d’une journée des notes du baccalauréat, pour montrer que nous sommes déterminés, si nos revendications ne sont pas entendues rapidement, à agir à partir de maintenant, et tout au long de l’année prochaine, pour sauver les conditions de l’enseignement de la philosophie en classe de terminale et obtenir le maintien du dédoublements de droit de la dernière heure en séries scientifique et technologique.


ANNEXE 2

Bref compte-rendu de l’audience au Rectorat du lundi 2 juillet.

Reçus le lundi 2 juillet par les services de l’Inspection Académique au Rectorat de Nice, les délégués de l’AG-PPN ont pu y porter leurs demandes, sans obtenir d’avancée concrète significative. Lors de cet entretien, ils ont rappelé le sens de leur démarche, et demandé au Rectorat de prendre les mesures nécessaires (et possibles) pour minimiser l’impact de leur démarche sur les jurys d’examen et les élèves. Le représentant du Rectorat a laissé entendre que de telles mesures sont en discussion, sans pour autant confirmer qu’elles seront prises : il reste donc à ce jour de la seule responsabilité
du Recteur et de ses services d’acter le caractère symbolique de notre démarche, ou d’accroître la désorganisation de l’examen du baccalauréat.


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var


Brèves

Pétition intersyndicale pour l’enseignement professionnel public

lundi 23 janvier 2012

Depuis plus de 60 ans, les personnels des LP, SEP, SEGPA et EREA assurent en France l’enseignement professionnel initial, sous statut scolaire, au sein du ministère de l’Éducation nationale et de celui de l’Agriculture. Ils revendiquent l’égale dignité de cette voie professionnelle, pour leurs élèves et pour eux-mêmes, avec les deux autres voies du lycée, générale et technologique... [suite sur le site de la pétition]

Pétition : Mutations 2009

mercredi 11 mars 2009

Pétition de l’intersyndicale 2nd degré

Toujours les manifestations lycéennes

vendredi 25 avril 2008

Jeudi 24 avril, les lycéens ont de nouveau manifesté :
- 3000 à Toulon (lycées Beaussier, Dumont, Bonaparte, Cisson, Langevin, Le Coudon...)
- 300 à Hyères (Costebelle, Jean Aicard, Golf Hôtel)

Retour de vacances, retour de la mobilisation lycéenne

lundi 21 avril 2008

Quelques nouvelles du Var :

- lycée Janetti à St Maximin : de nouveau bloqué
- lycée Beaussier à la Seyne sur mer : de nouveau bloqué
- lycée de Lorgues : entré dans le mouvement et bloqué aujourd’hui
- lycée Dumont d’Urville à Toulon, bloqué

Le lycée Raynouard de Brignoles semble sur le point de rejoindre le mouvement.

Jeudi 3 avril : deux fois plus nombreux !

jeudi 3 avril 2008

Mardi 1er avril une première manifestation avait mobilisé 2000 lycéens dans les rues de Toulon.

Jeudi 3 avril ce sont 4000 à 5000 lycéens qui sont venus manifester leur opposition aux suppressions de postes d’enseignants et réclamer le rétablissement de leurs options.

A Langevin la police était sur place à 6h du matin

jeudi 3 avril 2008

Au lycée Langevin de la Seyne sur mer, intervention matinale pour empêcher le blocage du lycée par les élèves avec menaces de les embarquer. La grande majorité des élèves est restée dehors puis partis à la manifestation à Toulon.

A Hyères aussi les lycéens ont bloqué 2 lycées

jeudi 3 avril 2008

Les lycées Jean Aicard et le Golf Hôtel à Hyères ont été bloqués par les élèves.

Manifestation lycéenne au centre ville.

Deux lycées du centre Var entrent dans le mouvement

jeudi 3 avril 2008

Aujourd’hui jeudi 3 avril, les lycées Janetti (Saint Maximin) et Raynouard (Brignoles) ont été bloqués par les élèves.

A Brignoles les élèves ont ensuite manifesté dans la ville.

Manifestation à 10h place de la Liberté à Toulon

lundi 31 mars 2008

A l’appel de l’UNL et des coordinations lycéennes, avec le soutien d’organisations de salariés.

Beaussier et Langevin toujours bloqués

lundi 31 mars 2008

Les élèves ont reconduit le blocage des deux lycées de La Seyne sur mer.
Ils appellent à la manifestation du 1er avril à 10h, à Toulon.