En grève le 4 octobre !

Union syndicale Solidaires
samedi 24 septembre 2005
par  SUD Education Var

Le gouvernement Villepin multiplie les mauvais coups contre les salariés et les chômeurs. Après le Contrat nouvelle embauche, ce sont maintenant des mesures fiscales favorables aux couches les plus aisées, la remise en cause de la progressivité de l’impôt, des sanctions contre les chômeurs, la modification des seuils sociaux, la poursuite des privatisations et l’aggravation des attaques contre les services publics. De plus, le pouvoir d’achat des salariés stagne, voire diminue. Dans cette situation, il faut maintenant engager un processus de mobilisation prolongé pour faire céder le gouvernement. La grève unitaire interprofessionnelle du 4 octobre doit être une première étape dans ce sens.

Tout en prétendant vouloir consolider le "modèle social français", le gouvernement Villepin s’emploie à en continuer la destruction systématique déjà commencée par ses prédécesseurs.

Licenciement express !

Le Contrat nouvelle embauche (CNE) va permettre aux employeurs de licencier à discrétion un salarié pendant deux ans. Le salarié en CNE sera donc soustrait à la règle qui veut qu’aucun salarié ne puisse être licencié sans une cause réelle et sérieuse. Le CNE s’applique aux entreprises jusqu’à 20 salariés alors qu’il devait au départ concerner simplement les entreprises jusqu’à 10 salariés. En définitive, c’est 30 % de l’emploi salarié qui est concerné, le patronat demandant d’ailleurs son extension à toutes les entreprises. Une telle mesure est censée favoriser l’emploi. Ainsi pour embaucher, il faudrait pouvoir licencier plus facilement ! En fait, les entreprises embauchent quand elles en ont besoin au vu de leur carnet de commande. Le CNE ne créera aucun emploi nouveau, mais permettra simplement aux employeurs d’avoir encore plus de prise sur les salariés embauchés. En plus du fait que la plupart des petites entreprises sont dépourvues de présence syndicale, les salariés embauchés en CNE seront maintenant totalement sous l’emprise de leur employeur qui pourra les licencier sans même avoir à se justifier.

Réforme fiscale pour les plus riches !

Présentée comme concernant les classes moyennes, la réforme fiscale va, de fait, favoriser une fois de plus les ménages les plus aisés. En effet, par exemple, un couple avec deux enfants gagnant 75 000 euros annuels verra son impôt diminuer de 17,2 % pendant que celui gagnant 2 5 000 euros verra son impôt augmenter de 0,6 % ! De plus la diminution du nombre de tranches fait perdre à l’impôt une part importante de sa progressivité à l’encontre d’une plus grande justice sociale. Enfin le plafonnement des impôts directs - impôt sur le revenu, ISF taxe foncière et taxe d’habitation -, à 60 % des revenus va conduire à une réduction importante de l’ISF, voire même à sa disparition. Là aussi, c’est tout bénéfice pour les plus riches ! Ces mesures fiscales vont coûter 3,5 milliards d’euros au budget de l’Etat. Les dépenses publiques vont donc diminuer et ce sera donc moins de services publics et de dépenses utiles à toute la population. A moins que le gouvernement continue de faire vivre la dette publique en empruntant auprès des marchés financiers et des catégories riches sous-imposées qui au lieu de payer des impôts vont donc percevoir des rentes.

Les seuils sociaux remis en cause !

Le gouvernement Villepin a décidé que les moins de 26 ans ne seraient pas pris en compte dans le calcul des effectifs. Il s’agit ainsi d’échapper aux obligations du Code du travail concernant la représentation des salariés dans les entreprises. Le Medef propose d’étendre cette mesure aux plus de 50 ans ! Cette mesure va encore aggraver les inégalités entre les salariés, de nombreuses entreprises passant ainsi brusquement sous la barre des 20 salariés. Le gouvernement s’est de plus attaqué au financement de la formation professionnelle. Ainsi les entreprises entre 10 et 19 salariés se verront appliquer dorénavant les mêmes règles que les entreprises de moins de 10 salariés.

La précarité encouragée !

L’augmentation de la prime pour l’emploi, si elle est évidemment bonne à prendre pour les personnes concernées, s’inscrit totalement dans une démarche qui exonère les employeurs de leur responsabilité en matière salariale. Au lieu d’encourager une norme d’emploi de qualité, le gouvernement légitime ainsi les emplois précaires et mal payés. A la mise en place du CNE viennent s’ajouter des mesures qui confortent l’attitude patronale de rechercher toujours plus de précarité de l’emploi. Ainsi l’accord sur le travail intérimaire qui vient d’être conclu avec le patronat permet encore une plus grande souplesse d’utilisation du travail temporaire. Le gouvernement osera-t-il donner son agrément à ce texte ? Les sanctions prévues contre les chômeurs et les allocataires de minima sociaux visent à les stigmatiser comme responsables d’une situation qui voit le chômage de masse perdurer. Alors même que les profits des entreprises explosent et que l’investissement productif stagne, s’attaquer aux plus démunis relève d’un cynisme accompli.

Défendre notre pouvoir d’achat

Depuis maintenant plusieurs années le pouvoir d’achat des salariés stagne, voire même régresse pour certaines catégories. Cette situation est d’autant plus inacceptable que les profits des entreprises sont au plus haut et que les rémunérations des patrons explosent. L’Union syndicale Solidaires réclame l’ouverture immédiate de négociations dans le public comme dans le privé. Il faut imposer un rattrapage des pertes du pouvoir d’achat et permettre qu’il augmente régulièrement à la mesure de la croissance de la productivité du travail.

Construire les rapports de force !

Ces dernières années ont montré la grande détermination du patronat et du gouvernement pour faire passer leurs projets. A cette détermination doit répondre une détermination encore plus grande des salariés. La grève interprofessionnelle du 4 octobre appelée par tous les syndicats doit clairement montrer que les salariés n’acceptent pas les orientations gouvernementales. L’Union syndicale Solidaires appelle les salariés, les chômeurs et les retraités à faire de cette journée un moment exceptionnel de mobilr l’Union syndicale Solidaires, cette journée doit être le pisation. Pour l’Union syndicale Solidaires, cette journée doit être le point de départ d’un processus de mobilisation de grande ampleur, dans la perspective d’une grève générale reconductible, permettant de faire céder le gouvernement.


Documents joints

Tratc Solidaires pour le 4 octobre
Tratc Solidaires pour le 4 octobre

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var


Brèves

Retraites : un projet de loi dans la continuité de Fillon et Sarkozy !

vendredi 30 août 2013

Mardi 10 septembre : toutes et tous en grève, manifestations dans tout le pays !

L’Union syndicale Solidaires a été reçue le 27 août par le Premier ministre, qui a annoncé le soir même l’essentiel des mesures retenues : il prolonge et aggrave la politique Fillon et Sarkozy par un nouvel allongement de la durée de cotisation pour obtenir le taux plein et éviter la décote (43 ans en 2035), et une hausse des cotisations sociales.

Téléchargez trois nouveaux documents sur le site de l’Union syndicale Solidaires Var

Pétition intersyndicale Fonction publique " Pour les salaires et l’emploi public "

samedi 23 mars 2013

A l’initiative des organisations syndicales FSU, CGT, CFDT, UNSA, CGC, CFTC et Solidaires

Pour :
- L’augmentation de la valeur du point d’indice dès 2013
- Une politique de l’emploi à la hauteur des besoins du service public
, ce qui implique l’arrêt des suppressions d’emplois qui obéissent à des règles purement comptables et la création des emplois nécessaires

Signer la pétition

Pour un 8 mars revendicatif !

vendredi 8 mars 2013

Le 8 mars doit être l’occasion de réaffirmer que l’égalité entre les femmes et les hommes exige des mesures volontaristes et des moyens financiers, dans les entreprises comme dans les services publics, et dans les politiques publiques mises en oeuvre.

Tract Solidaires

Ca fait des années qu’on nous vole : augmentez nos salaires !

mardi 7 février 2012

Depuis une vingtaine d’années, la pression du chômage a imposé des reculs pour les salarié-es, en activité (conditions de travail, conditions d’emploi, salaires), précaires, chômeurs/ses et retraité-es. Au fur et à mesure que le chômage augmente, la part de la masse salariale dans le Produit Intérieur Brut baisse, de façon très marquée … et les dividendes aux actionnaires augmentent.

Rassemblement unitaire - jeudi 1er décembre 2011

mardi 29 novembre 2011

Nicolas SARKOZY à TOULON le 1er décembre 2011,

A l’appel de : CGT – FSU – Solidaires - LDH – EELV – PG – PCF – NPA

Rassemblement Unitaire

17 H 00 devant le Palais de Justice

Les organisations réaffirment leur opposition aux politiques d’austérités imposées au peuple

et proposent d’autres solutions, par un partage des richesses qui répondent à plus de justice sociale.

Vidéo "Leur dette, nous ne la paierons pas !"

jeudi 10 novembre 2011

Vous trouverez ci-dessous le lien vers le nouveau clip réalisé par Solidaires dans le cadre de l’émission tv "Expression directe"

Chiffres clés de 2010

lundi 4 janvier 2010

Pour retrouvez en un coup d’oeil les montants actuels en matière de SMIC, RMI, chômage, retraites, point d’indice FP...

Sur le site de l’Union syndicale Solidaires

Sur le Web : Chiffres clés 2010

Référendum pour la Poste

samedi 14 novembre 2009

Campagne organisée à l’initiative du Comité national contre la privatisation de La Poste, pour un débat public et un référendum sur le service public postal.

Pourquoi l’Union syndicale Solidaires 83 ne participera pas au rassemblement du 7 octobre 2009

mardi 6 octobre 2009

Nous considérons que ce type d’action n’est pas à la hauteur des enjeux actuels et de la riposte nécessaire face aux attaques constantes du patronat et du gouvernement [...]

Votation citoyenne contre la privatisation de La Poste : résultats pour le Var

lundi 5 octobre 2009

Votants : 32752

- Pour la privatisation : 542
- Contre la privatisation : 32073
- Blancs / Nuls : 137