Déclaration commune pour une autre politique d’immigration

Uni(e)s contre une immigration jetable
jeudi 5 avril 2007
par  SUD Education Var

Nous, organisations réunies ce jour du mardi 24 mars 2007, faisons la déclaration suivante et en appelons à une autre politique d’immigration, fondée sur le respect des droits fondamentaux et l’égalité de traitement entre Français et étrangers.

Nous tenons à affirmer haut et fort, et avant toute autre considération, que l’immigration n’est ni un « problème », ni une menace pour l’identité nationale et à dénoncer l’utilisation politicienne de ce fait de société.
La présente déclaration repose sur la lutte des sans-papiers et de leurs organisations, l’expertise des associations présentes sur le terrain aux côtés de ces populations, leurs connaissances des politiques menées depuis de nombreuses années et les valeurs humaines que, tous ensemble, nous entendons promouvoir et porter dans la société française.

Pour une autre politique d’immigration

Les politiques conduites depuis de nombreuses années, tant à l’échelle nationale qu’au niveau européen, fondées sur le principe de la fermeture des frontières méconnaissent les droits des étrangers (liberté d’aller et venir, droit à mener une vie familiale normale, respect de la vie privée, droit d’asile, dignité des personnes et notamment s’agissant de l’accueil des étudiants étrangers...) et entravent leur exercice. Les organisations aspirent donc à un changement de paradigme et revendiquent à terme la liberté de circulation et d’établissement pour les étrangers, en s’inspirant des principes qui gouvernent la libre circulation des citoyens de l’Union européenne.

Les organisations dénoncent toute politique (nationale et européenne), qui, tout en renforçant les contrôles des frontières, sous une forme de plus en plus militarisée, qui plus est imposée à des Etats tiers, pratique « l’immigration utile ». Celle-ci consiste à reconnaître des possibilités d’installation négociées en fonction des intérêts des pays de l’Union européenne, et conséquemment à s’inscrire dans le refus de respecter les droits, les souhaits et les besoins des populations du Sud. La loi Sarkozy du 24 juillet 2006, qui entend promouvoir « l’immigration choisie » et mettre un terme à « l’immigration subie », est la caricature de ce type de politique. Nous en demandons l’abrogation.

Seule la liberté de circulation peut rompre avec la logique meurtrière et répressive qui vient frapper les étrangers ici sur le sol français, et là-bas dans les pays de transit et plus largement sur les routes migratoires vers l’Europe. Les exilés morts sur le chemin, qui les conduit - croyaient-ils - vers la sécurité et l’espoir d’une vie meilleure, ne se comptent plus.

Cette liberté de circulation doit s’accompagner d’une liberté d’établissement qui garantisse les droits sociaux de tous.

Lorsque les personnes parviennent malgré tous les obstacles à entrer en France (ou dans un autre pays de l’Union), les promoteurs de l’utilitarisme migratoire savent se servir de leur clandestinité au profit de secteurs d’activité qui s’empressent de les employer. Les « sans papiers » alimentent des pans entiers d’une économie fondée sur des impératifs de flexibilité et d’abaissement des coûts ; ils sont à la merci des employeurs et des services de police. Aussi il ne peut y avoir de liberté de circulation, sans liberté d’établissement afin d’éradiquer cette course au « moins disant social » et empêcher une mise en concurrence entre salariés : il faut donc placer tous les travailleurs sur un pied d’égalité en accordant aux étrangers le droit à une installation durable, seule garante de l’égalité des droits sociaux avec les nationaux et les ressortissants communautaires.

Nous, organisations signataires, réclamons que les étrangers présents sur le territoire de l’Union européenne bénéficient d’un statut aligné sur celui reconnu aux résidents communautaires. Nous soutenons le combat de tous qui, en Europe, luttent pour que cette revendication juste, légitime et éthique soit intégralement appliquée au sein de toute l’Union.

Dans l’immédiat

Nous sommes conscients que la mise en œuvre de cette autre politique d’immigration doit se déployer dans le cadre de l’Union européenne ; nous exigeons néanmoins l’adoption par la France de mesures à prendre d’urgence qui, pour certaines d’entre elles, ne nécessitent pas l’intervention du législateur :

- la régularisation de tous les sans papiers présents sur le territoire national par la délivrance d’une carte de résident et la suspension des reconduites à la frontière ;
- la fin des rafles de sans papiers et des contrôles d’identité discriminatoires, contraires à la loi et aux pratiques éthiques ;
- la disparition des statuts précaires imposés aux personnes ayant vocation à vivre durablement en France par la délivrance d’une carte de résident dans l’esprit de la loi du 17 juillet 1984 ;
- l’abrogation réelle de la « double peine » ;
- l’égalité entre Français et étrangers face aux droits sociaux (notamment la CMU pour tous) et économiques ;
- le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales et européennes ;
- la reconnaissance du droit du sol intégral dans l’attribution de la nationalité française ;
- la remise en liberté des sans papiers emprisonnés pour séjour irrégulier et refus d’embarquement et la dépénalisation du séjour irrégulier ;
- la ratification par la France de la convention internationale des Nations-Unies sur les droits des migrants ;
- le droit à une procédure équitable s’agissant de l’examen des demandes d’asile et la mise en place d’une vraie politique d’accueil des exilés.

S’agissant des rapports Nord-Sud, nous demandons :

- que toute négociation Nord-Sud repose sur le principe de l’égalité des interlocuteurs et que les dirigeants du Sud, qui ont si peu défendu les intérêts de leurs populations, assument pleinement leurs responsabilités ;
- la suppression des conditions imposées aux pays du Sud dans les négociations internationales (aide publique au développement, co-développement...), et tout particulièrement celle de la sous-traitance de la lutte contre les migrations et la pression faite sur les consulats pour délivrer des laisser-passer en vue d’éloigner des sans papiers ;
- la remise en cause de l’aide publique au développement dans ses attributions actuelles (financement de la répression aux frontières, renforcement des dictatures - voir l’exemple récent de la Guinée Conakry) ;
- l’annulation inconditionnelle de la dette.

Paris, le 24 mars 2007

Liste des organisations signataires : 3ème collectif, ACORT, Act up, AEOM, ALIF (CSP 11ième ; CSP 12ième ; CSP 18ième ; CSP 19ième ; CSP Montreuil ; CSP 77 en lutte ; CSP 92), Alternative citoyenne Ile de France, Association le monde des cultures DAMBE, ASTTU, ATMF, Autremonde, CADTM - France, CGT, COLCREA, Collectif de soutien des exilés du 10ième, Collectif solidarité sans papiers 93, Coordination 93 pour la lutte des sans papiers, Coordination des Groupes de Femmes Egalité, COPAF, DIDF, Droits devants !!, FASTI, Femmes de la terre, FSU, FTCR, Gisti, IACD, Initiatives et actions citoyennes pour la démocratie et le développement, LCR, les Alternatifs, Les Verts, MPE, MRAP, PCF, PCOF, RACORD, Ras l’Front, regroupement des travailleurs sénégalais en France, Revue les nouvelles Libertaires, SUD éducation, Syndicat de la magistrature, UNEF, Union des anarchistes, Union syndicale de la psychiatrie, Union syndicale solidaire



Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var


Brèves

Pétition Demande d’annulation de la sanction infligée à J-F. Chazerans par le recteur de Poitiers

mardi 31 mars 2015

Cette pétition est soutenue par les organisations syndicales FSU, CGT Educ’action, SNFOLC-FO, SUD éducation-Solidaires.

Sur le Web : Signez la pétition

Révocation d’un fonctionnaire pour faits syndicaux à La Poste : ils ont osé !

samedi 17 janvier 2015

Yann Le Merrer, secrétaire départemental adjoint de SUD PTT des Hauts-de-Seine vient de recevoir sa notification de révocation. Les faits qui lui sont reprochés sont exclusivement en lien avec son activité syndicale (participation active à un conflit du travail, information aux collègues non grévistes, interpellation des directions…). Il faut remonter à 1951 pour retrouver une sanction du même type, la plus lourde pour un fonctionnaire. Elle concernait deux responsables de la CGT.

Pétition pour le retour de Leonarda arrêtée et expulsée pendant une sortie scolaire

jeudi 17 octobre 2013

"Nous nous joignons aux enseignants du collège André Malraux et du lycée Toussaint Louverture pour dénoncer les méthodes utilisées pour renvoyer des enfants vers des pays qu’ils ne connaissent pas et dont ils ne parlent pas la langue. Nous sommes choqués de voir comment les efforts d’intégration fournis par ces enfants à l’école sont réduits à néant par des politiques aveugles et inhumaines. Nous demandons le retour immédiat des enfants en France pour leur sécurité. Enfin, des sanctions doivent être prises à l’encontre du préfet pour que de telles expulsions ne se reproduisent plus."

Signer la pétition

Pétition pour soutenir les collègues du Collège Henri Wallon (La Seyne sur mer)

dimanche 8 septembre 2013

Malaise au Collège Henri Wallon

"Depuis l’arrivée du nouveau Principal, il y a 2 ans, les conditions de travail au collège Henri Wallon sont devenues inadmissibles et insupportables. Nous sommes victimes de pressions par notre hiérarchie, nous sommes en souffrance et nous ne pouvons plus assurer notre mission. [...]

Roms de La seyne sur mer : Lettre ouverte au Maire de La-Seyne-sur-Mer

mercredi 26 décembre 2012

Lire la lettre ouverte sur le site de Solidaires Var

D’ailleurs nous sommes d’ici

lundi 28 mars 2011

Appel pour une mobilisation nationale et unitaire contre le racisme, la politique d’immigration du gouvernement et pour la régularisation des sans-papiers.

Texte et pétition sur le site internet du collectif

Pétition de soutien à un militant SUD/Solidaires victime de répression anti-syndicale

vendredi 26 novembre 2010

Victime de répression anti-syndicale et de tentatives d’intimidation, pour son implication dans le mouvement social retraites, signez la pétition de soutien à Gilles Frapper !

Exigeons l’arrêt immédiat de la politique répressive mise en place pour briser les résistances populaires et la contestation citoyenne des lois.

Nous rappelons que le droit de grève, les droits syndicaux et les libertés publiques sont inscrits dans la Constitution.

Tous ensemble, demandons la levée immédiate des sanctions et de toutes éventuelles poursuites à l’encontre de Gilles Frapper, militant syndical et associatif.

Sur le Web : Pétition de soutien

Rassemblement : solidarité avec Gaza

mercredi 2 juin 2010

Après l’attaque meurtrière de la flottille de la liberté pour Gaza, par l’armée israélienne dans les eaux territoriales internationales

Rassemblement jeudi 3 juin à 18h30
sur le Parvis des Droits de l’Homme à Toulon (devant la faculté de droit)

Marche sans papier à Nice dimanche 29 mai

jeudi 20 mai 2010

Marche des sans-papiers de Paris à Nice

SUD Education Var soutien cette mobilisation des sans-papiers.

La marche sera :
- le 27 mai à Marseille : accueil et manifestation
- à Aix le 28 mai
- arrivée des marcheurs à Nice le 29 mai

Manifestation lundi soir 31 à Nice contre le sommet Françafrique

Pas de halte dans le Var mais un collectif de soutien s’est constitué à Draguignan et organise un covoiturage à partir du Muy.

Si vous êtes intéressé-e-s contactez SUD Education

Pétition de soutien aux grévistes sans-papiers

vendredi 13 novembre 2009

Solidarité avec les travailleurs-euses « sans-papiers » en grève.

Sur le Web : Pétititon en ligne