Non au service minimum dans les écoles pour la grève du 24 janvier !

Fédération SUD Education
jeudi 17 janvier 2008
par  SUD Education Var

Après la loi instaurant un service minimum dans les transports , le Ministre de l’Education Nationale, vient d’adresser aux Inspecteurs d’Académies une note par laquelle il entend expérimenter dans les communes volontaires un service d‘accueil financé par l’Etat lors du mouvement social prévu le 24 janvier prochain.

Alors que l’Etat est aujourd’hui totalement désengagé sur le terrain des dépenses de fonctionnement des écoles, cet accueil en cas de grève sera financé par l’Etat au moyen des retenues pour fait de grève sur les salaires des grévistes !

L’essentiel étant sans nul doute de préparer l’opinion et les enseignants à une remise en cause du droit de grève des personnels des écoles en imposant une déclaration de grève préalable et une réquisition des personnels indispensables au service… comme c’est le cas dans les transports depuis 1er janvier 2008.

Cette annonce est aussi un nouvel écran de fumée devant les réductions massives de postes au budget 2008 dans les écoles (baisse de 1000 postes aux concours de recrutement des professeurs des écoles).

Le caractère politique de cette annonce ne fait aucun doute dès lors qu’il appartient déjà au Maire, responsable de la sécurité des personnes sur la voie publique, de prendre les mesures nécessaires pour que la protection des enfants qui se seraient quand même présentés dans les écoles fermées pour cause de grève soit assurée.

Le financement de cet accueil étant conditionné à la signature d’une convention avec les communes, Sud Education appelle :

- Les Maires et les conseils municipaux à refuser toute convention avec l’Etat en vue d’instaurer ce service d’accueil dans les écoles.
- A faire du 24 janvier une nouvelle étape d’action pour le rattrapage et l’augmentation du pouvoir d’achat, contre les suppressions de postes et la précarité mais aussi contre l’instauration d’un service minimum d‘accueil dans les écoles, prélude à la remise en cause du droit de grève des enseignants des écoles.
- En cas de grève, à continuer à informer les familles en temps utile, à ne pas répondre aux demandes préalables de recensement des grévistes de la part de l’administration.

Sud Education s’opposera dans l’unité la plus large à toute remise en cause déguisée du droit de grève dans l’Education Nationale et à la politique du gouvernement de casse des acquis sociaux.


Documents joints

Tract - service minimum grève du 24 janvier
Tract - service minimum grève du 24 janvier

Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var


Brèves

Relaxe d’un policier à Nantes : adresse au nouveau Président de la République

jeudi 10 mai 2012

En novembre 2007, un policier cagoulé et casqué, en armure, protégé derrière une grille, expérimentait sa nouvelle arme, un « lanceur de Balles », en ajustant son tir dans l’œil d’un lycéen dans une manifestation.

Le 3 avril 2012, la Justice prononçait la relaxe de ce policier, tireur récidiviste, au tribunal de Nantes.

Est-il possible que nous vivions dans un pays où l’on peut mutiler un jeune homme pour le seul fait d’avoir manifesté pacifiquement ?

Sur le Web : Suite du texte

Dispositif de négociation palabre : Négo pipeau !

vendredi 13 mars 2009

Communiqué de la fédération des syndicats SUD Education suite à la réunion du lundi 9 mars au ministère (grève du 19 mars 2009).