CRA de Vincennes

Fédération SUD Education
lundi 23 juin 2008
par  SUD Education Var

Les évènements dramatiques survenus au CRA de Vincennes à la suite de la mort d’un “retenu” étaient prévisibles. Ils sont la conséquence de la politique voulue par Nicolas Sarkozy, décidée par le gouvernement et menée par le ministre Hortefeux.

Celui-ci avait prévenu qu’il agirait dans son ministère “sans état d’âme”.
Effectivement, il agit “sans état d’âme”… Politique du chiffre : honteuses rafles au faciès qui renvoient à des souvenirs non moins honteux/arrestations aux guichets des préfectures/quotas d’expulsions/centres de rétention remplis où se multiplient tentatives de suicide et automutilations/appels à délation… et aujourd’hui, ce projet de directive européenne – la circulaire de la honte – qui prévoit d’étendre la rétention à 18 mois, la détention et l’éloignement des personnes vulnérables (femmes enceintes, personnes âgées, victimes de tortures) et des mineurs isolés, le renvoi des étrangers dans un pays de transit. Le ministre Hortefeux s’est dit “heureux” de son action dans une récente conférence de presse . On en voit ajourd’hui les résultats. Pour le sans-papiers, partout, tout le temps, la peur. Peur en allant au travail, en revenant… peur des enfants quand un parent ne rentre pas. La peur… et parfois la mort… Chulan Liu, 51 ans, se défenestre par peur de la police. John Maïna, 19 ans, se pend après avoir reçu le refus ultime de sa demande d’asile ; Baba Traoré, 29 ans, se jette dans la Marne pour fuir un contrôle et meurt d’un arrêt cardiaque.

Il faut qualifier cette politique : xénophobie d’Etat, politique indigne, qui en stigmatisant l’étranger, incite au racisme et au communautarisme. Ceux qui conçoivent une telle politique, qui élaborent de tels plans et stratégies d’expulsion, qui décident, ordonnent ont des idées, des pensées moralement répugnantes qui conduisent ceux qui les exécutent à commettre des actions elles aussi moralement répugnantes.

L’Europe se transforme en une véritable forteresse et met en oeuvre des moyens démesurés pour empêcher l’accès à son territoire et expulser les sans-papiers. Ces hommes, ces femmes ne sont pas des criminels. Ils travaillent et participent à l’économie du pays, ils accroissent la richesse produite. Ils cotisent à la Sécurité Sociale mais n’ont pas le droit de tomber malade, ils cotisent à l’UNEDIC mais n’ont pas droit aux indemnités chômage, ils cotisent aux caisses de retraite mais ne pourront en bénéficier, ils payent des impôts mais ne peuvent accéder à la citoyenneté. Depuis deux mois, des centaines d’entre eux expriment par la grève une revendication fondamentale, le droit de vivre dignement et sereinement dans le pays où ils travaillent. Ces grèves témoignent qu’ils ne sont pas à part dans la société, mais au cœur du mouvement social.

Les centres de rétention administrative – ces “horreurs de la République” comme les qualifiait justement le rapport Mermaz en 2001, sévèrement jugés par Alvaro Gil-Robles, commissaire européen aux Droits de l’homme, par les rapports annuels de la Cimade et de la LDH – sont des lieux de désespoir qui génèrent des situations explosives.
La Fédération SUD Education exige leur fermeture. Il faut en finir avec cette politique brutale et inhumaine et promouvoir une politique qui respecte les Droits de l’Homme, la liberté d’installation, le droit de vivre en famille, le droit d’aller à l’école sans la peur au ventre et rétablisse en France un véritable droit d’asile.

La Fédération Sud éducation appelle les personnels de l’Education nationale à renforcer l’activité militante des collectifs de solidarités avec les sans-papiers et plus particulièrement le Réseau Education sans Frontières.

Saint Denis, le 22 juin 2008


Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var


Brèves

Relaxe d’un policier à Nantes : adresse au nouveau Président de la République

jeudi 10 mai 2012

En novembre 2007, un policier cagoulé et casqué, en armure, protégé derrière une grille, expérimentait sa nouvelle arme, un « lanceur de Balles », en ajustant son tir dans l’œil d’un lycéen dans une manifestation.

Le 3 avril 2012, la Justice prononçait la relaxe de ce policier, tireur récidiviste, au tribunal de Nantes.

Est-il possible que nous vivions dans un pays où l’on peut mutiler un jeune homme pour le seul fait d’avoir manifesté pacifiquement ?

Sur le Web : Suite du texte

Dispositif de négociation palabre : Négo pipeau !

vendredi 13 mars 2009

Communiqué de la fédération des syndicats SUD Education suite à la réunion du lundi 9 mars au ministère (grève du 19 mars 2009).