La « réussite » au lycée par les stages durant les vacances...

SUD Education Var
mardi 15 juillet 2008
par  SUD Education Var

200 lycées ont été choisis pour cette expérimentation (sur quels critères ?), dont 2 lycées varois : Beaussier à la Seyne sur mer, et Raynouard à Brignoles. Dans l’académie de Nice on compte aussi deux établissements des Alpes Maritimes (Beau Site et Apollinaire à Nice).

Une mise en place dans la précipitation.

Encore une fois, à grand renfort de média, le gouvernement a annoncé une nième « réforme » des lycées, avec pour toile de fond le « meilleur accompagnement des élèves dans leur parcours »... Encore une fois, l’annonce est faite sans débat préalable, ni avec les enseignants, ni avec les familles et les élèves... et comme toujours la mise en oeuvre de la première mesure doit être faite immédiatement et dans la précipitation (annonce début juin, avec organisation d’ici la fin de l’année scolaire).

Cette première mesure concerne la mise en place de stage de l’été 2008 et durant les stages des vacances d’automne, d’hiver et de printemps au cours de l’année scolaire 2008/2009. A l’instar du 1er degré, pour tenter de colmater les conséquences de sa politique de régression éducative, le ministère de l’Education Nationale, impose la mise en place de stages pour les lycéens les plus en difficulté. Ces stages qui auront lieu pendant les vacances scolaires se feraient sur la base du volontariat des élèves et des enseignants.

Globalement c’est le « cadre réglementaire » utilisé qui est également troublant et démontre la méthode utilisée par le gouvernement :
ces stages sont mis en place par de simples circulaires et non pas par décret. Cela évite de devoir passer devant les instances réglementaires (CSE, CTPM) comme cela doit être fait pour tout décret. Le gouvernement s’évite ainsi la fronde des organisations syndicales. Il s’agit donc bien d’une mesure populiste A noter que ces stages doivent tout d’abord
être validés par le Conseil de la Vie Lycéennes (CVL), puis par le Conseil d’Administration (CA) du lycée... avant la fin de l’années
scolaire 2008/2009... soit après la mise en place du dispositif... c’est sûrement cela que l’on appelle la démocratie dans certaines sphères ministérielles.

Stages d’été 2008

Ils commenceraient cette année pendant la 2ème quinzaine du mois août et s’adressent aux lycéens ayant obtenu le bac ou intégrant une terminale. Les sessions s’organisent à raison de 4h par jour sur 5 jours, soit 20 heures par semaine, en groupes de 10 élèves.

L’encadrement sera réalisé par des enseignants volontaires (payés en heures supplémentaires), des étudiants en 2ème année de master (si possible d’enseignement) et des vacataires en langues étrangères (payés en vacations). Les autres personnels qui seraient amenés à participer (administratifs TOS...) se verraient également rémunérés en heures supp au delà de leur service légal (1607 heures annuelles).

Pour le financement de ces stages, les établissements se verront attribuer un complément de DGH (Dotation Globale Horaire) puisé on n’en doute pas sur les Heures Supplémentaire issues de la transformation de postes statutaires (106 au niveau de l’académie de Nice).

Stages durant l’année scolaire

Ceux-ci, d’une durée d’une semaine chacun, se dérouleront durant les vacances d’automne, d’hiver et de printemps. Les modalités sont quasiment les mêmes que pour les stages d’été. La seule différence notable réside dans le fait que les Assistants d’Education (AE) pourront également intervenir dans ces stages, dans la limite de la durée de leur service et ou rémunérés en vacations au delà.

On comprend mieux pourquoi le récent décret ° 2008- 316 (4 avril 2008, alinéa 2) à modifié les attributions des AE en intégrant deux nouvelles fonctions : « Appui aux personnels enseignants pour le soutien et l’accompagnement pédagogiques » et « Participation à l’aide aux devoirs et aux leçons ». Cela se confirme d’ailleurs par la circulaire qui annonce la mise à disposition de 1500 AE supplémentaires dans les 200 lycées choisis, soit 7 en moyenne par établissement. L’Etat prévoit ainsi d’utiliser des personnels
sous contrats précaires, payés au SMIC, pour assurer la réussite scolaire des lycéens, en lieu et place d’enseignants formés, mais dont on supprime les postes et pour lesquels la rémunération est bien plus élevée...

Comme pour le 1er degré, SUD Education ne peut accepter la mise en place de stages durant les vacances scolaires. Ces stages ne répondent pas aux besoins du système éducatif. Ce ne sont que
des mesures médiatiques dont le but est de cacher la réduction du nombre d’enseignants, et donc l’augmentation des effectifs en classes qui auront entre autres pour conséquence une augmentation des difficultés d’apprentissage pour les élèves. D’une manière générale nous appelons à refuser les heures supplémentaires qui vont à l’encontre des créations nécessaires de postes.


Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var


Brèves

Pétition intersyndicale pour l’enseignement professionnel public

lundi 23 janvier 2012

Depuis plus de 60 ans, les personnels des LP, SEP, SEGPA et EREA assurent en France l’enseignement professionnel initial, sous statut scolaire, au sein du ministère de l’Éducation nationale et de celui de l’Agriculture. Ils revendiquent l’égale dignité de cette voie professionnelle, pour leurs élèves et pour eux-mêmes, avec les deux autres voies du lycée, générale et technologique... [suite sur le site de la pétition]

Pétition : Mutations 2009

mercredi 11 mars 2009

Pétition de l’intersyndicale 2nd degré

Toujours les manifestations lycéennes

vendredi 25 avril 2008

Jeudi 24 avril, les lycéens ont de nouveau manifesté :
- 3000 à Toulon (lycées Beaussier, Dumont, Bonaparte, Cisson, Langevin, Le Coudon...)
- 300 à Hyères (Costebelle, Jean Aicard, Golf Hôtel)

Retour de vacances, retour de la mobilisation lycéenne

lundi 21 avril 2008

Quelques nouvelles du Var :

- lycée Janetti à St Maximin : de nouveau bloqué
- lycée Beaussier à la Seyne sur mer : de nouveau bloqué
- lycée de Lorgues : entré dans le mouvement et bloqué aujourd’hui
- lycée Dumont d’Urville à Toulon, bloqué

Le lycée Raynouard de Brignoles semble sur le point de rejoindre le mouvement.

Jeudi 3 avril : deux fois plus nombreux !

jeudi 3 avril 2008

Mardi 1er avril une première manifestation avait mobilisé 2000 lycéens dans les rues de Toulon.

Jeudi 3 avril ce sont 4000 à 5000 lycéens qui sont venus manifester leur opposition aux suppressions de postes d’enseignants et réclamer le rétablissement de leurs options.

A Langevin la police était sur place à 6h du matin

jeudi 3 avril 2008

Au lycée Langevin de la Seyne sur mer, intervention matinale pour empêcher le blocage du lycée par les élèves avec menaces de les embarquer. La grande majorité des élèves est restée dehors puis partis à la manifestation à Toulon.

A Hyères aussi les lycéens ont bloqué 2 lycées

jeudi 3 avril 2008

Les lycées Jean Aicard et le Golf Hôtel à Hyères ont été bloqués par les élèves.

Manifestation lycéenne au centre ville.

Deux lycées du centre Var entrent dans le mouvement

jeudi 3 avril 2008

Aujourd’hui jeudi 3 avril, les lycées Janetti (Saint Maximin) et Raynouard (Brignoles) ont été bloqués par les élèves.

A Brignoles les élèves ont ensuite manifesté dans la ville.

Manifestation à 10h place de la Liberté à Toulon

lundi 31 mars 2008

A l’appel de l’UNL et des coordinations lycéennes, avec le soutien d’organisations de salariés.

Beaussier et Langevin toujours bloqués

lundi 31 mars 2008

Les élèves ont reconduit le blocage des deux lycées de La Seyne sur mer.
Ils appellent à la manifestation du 1er avril à 10h, à Toulon.