Décentralisation du 1er degré - EPEP = Danger !

samedi 4 décembre 2004
par  SUD Education Var

Après les TOS - Le 1e degré en tête de gondole

Les écoles primaires sont depuis leur création organiquement liées aux municipalités en ce qui concerne la gestion des locaux et de certains personnels (ATSEM). Cette décentralisation de fait pose toutefois bon nombre de problèmes et risque en se dégradant d’ouvrir une voie royale à la marchandisation de l’enseignement.
On sait par exemple que les crédits de fonctionnement alloués aux écoles par les municipalités varient selon les Mairies. Cette disproportion, qui résulte d’abord de la richesse des municipalités mais aussi de leurs choix politiques/économiques (favoriser le privé, rogner sur tel ou tel poste budgétaire), écorne à elle seule, et depuis longtemps, l’égalité des élèves devant l’éducation et le mythe d’une instruction qui serait gratuite.

Cette situation, qui conduit les enseignants à se débrouiller depuis des lustres avec deux francs six sous (les coopératives, d’ailleurs non obligatoires), se pervertit sans cesse davantage. C’est désormais sur projet, comme si l’éducation se méritait, ou en sollicitant toujours plus les parents que l’on peut espérer récupérer les moyens qui permettront de mener une action à laquelle chaque élève devrait avoir droit ... un état de fait qui n’a d’ailleurs pas échappé au monde de
l’entreprise, qui, sous prétexte d’apporter des documents sur l’hygiène dentaire (Colgate) ou la nutrition (Nestlé), pallie au manque de moyens ... et s’introduit, tel le loup dans la bergerie, au sein du service public.

Le même état d’esprit se retrouve dans la gestion des personnels employés par les mairies : ATSEM en nombre insuffisants dans les maternelles, mais remplacés par des contractuels ou des stagiaires, vacataires sans formation pour surveiller les cantines, absence de personnels
administratifs... en attendant l’externalisation par les municipalités de services complets (cantines, garderie, surveillance).

La future mise en place des EPEP, dont la responsabilité incombera aux municipalités, et les conclusions du Rapport Thélot risquent de considérablement aggraver les choses. Ainsi, si l’on attendait du personnel statutaire et formé pour suppléer aux carences des élèves en maths ou en français, il faudra revoir nos ambitions à la baisse. Les Pôles d’Excellence, en rapprochant les facs des écoles, permettront aux étudiants en maths ou en lettres de venir travailler - pour pas cher et sans la moindre formation pédagogique - dans les classes ... De même, en insistant de façon suspecte sur l’intérêt du « partenariat » avec le monde de l’entreprise tout en prônant une certaine autonomie financière des établissements, le fameux rapport laisse la part belle à l’entrée en force du privé dans les écoles : à quand la séquence de maths sponsorisée par Danone, l’apprentissage de la lecture compatible avec Microsoft, l’enseignant bridé par son mécène ?

Face à cette décentralisation larvée, qui handicape les élèves et fragilise le service public, opposons une école démocratique, dotée de moyens, et libre de toute entrave mercantile ou ... municipale.

EPEP = Danger !

Dernière appellation contrôlée par Fillon, les Réseaux d’Ecole s’intituleront finalement EPEP - Etablissements Publics d’Enseignement Primaire. Depuis juillet 2004, un amendement intégré en douce à la Loi de Décentralisation autorise en effet, et à tire « expérimental », les Maires à regrouper plusieurs écoles d’une ou plusieurs communes au sein d’un même établissement doté d’un conseil d’administration.

Présentée comme le moyen de sauver moult écoles rurales et urbaines de la disparition et d’en faciliter le fonctionnement, le dispositif peine surtout à dissimuler sa volonté de rentabiliser le service public d’éducation. Il n’échappera ainsi à personne que, milieu rural ou pas, le regroupement d’écoles opéré par la municipalité se soldera par une diminution drastique du nombre de postes sur le secteur : il est en effet plus facile, et surtout moins voyant, de supprimer des classes ou de redéployer des moyens sur un gros établissement du type EPEP que dans de petites écoles. Par ailleurs, la municipalisation accélérée de la gestion des écoles ne pourra qu’avoir des répercussions dramatiques sur les moyens accordés au 1er degré, notamment dans l’attribution des crédits par les Mairies.

Si les enseignants auront vraisemblablement plus d’élèves dans leur classe, ils pourront toujours se consoler d’avoir un Chef - et un vrai. La loi, qui à cet égard est formelle, oblige les EPEP à se doter d’un directeur recruté et formé (formaté ?) par l’IA. Totalement déchargé, coupé des (dures) réalités de l’enseignement, ce cadre d’un nouveau type bénéficiera des pouvoirs d’un petit proviseur aux ordres de l’IA et du Maire, avec en sus, les prérogatives d’un véritable chef d’entreprise (choix du personnel sur projet, etc ...). La liberté pour chaque enseignant de choisir sa pédagogie et de pouvoir prendre part à la direction collégiale de son établissement d’en pâtir, remplacés par un système dont on imagine aisément les dérives autoritaristes...

Enfin, qui pourra s’opposer à la création de ces fameux EPEP ? Certes, la loi prévoit que les conseils des écoles concernées auront leur mot à dire et qu’il faudra l’aval des IA et du Préfet. La belle affaire ! Chacun connaît le peu de poids des conseils d’école face aux municipalités, et l’on imagine assez mal les IA s’opposer à une décision qui leur permettra d’économiser bon nombre de postes tout en mettant les personnels au pas... On peut aussi s’interroger sur le pouvoir réel
du futur conseil d’administration des EPEP, dont on ignore même par qui il sera présidé...

En confiant une part accrue du fonctionnement des écoles aux municipalités, les EPEP s’inscrivent parfaitement dans le cadre de la décentralisation déjà à l’œuvre pour les personnels ATOSS. La manœuvre anticipe par ailleurs largement les « suggestions » du Rapport Thélot : renforcement de la hiérarchie, recentrage sur les savoirs traditionnels, recrutement des personnels sur projet, salaire au mérite, recherche de financement par partenariat avec le privé, etc... Cette inquiétante synergie n’augure rien de bon, ni pour les élèves ni pour les personnels.

SUD éducation appelle tous les enseignants
à combattre la mise en place de ces « usines à enseigner » que sont les EPEP


Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var


Brèves

Pétition : levée de toutes les sanctions contre les enseignants en résistance

mardi 23 octobre 2012

SUD Education Var est signataire de cette pétition, et appelle tous les personnels à signer également cette pétition.

"Nous demandons que cesse dès aujourd’hui toute forme de sanction à leur encontre. Nous demandons au ministre de l’éducation nationale la levée de toutes les sanctions infligées aux enseignants en résistance pédagogique.
Tous les enseignants sanctionnés, y compris ceux qui sont à la retraite, doivent être réintégrés dans leurs droits."

À l’école du Tri social dès la Maternelle ? Hors de question !

dimanche 16 octobre 2011

Le Ministère annonce la mise en place d’évaluations obligatoires en grande section de maternelle dès le mois de novembre. Classant les enfants selon les « risques » qu’ils représenteraient, elles reposent sur un tri médico-social des enfants qui seraient « évalués » au regard de leur « dangerosité » dans trois catégories : « R.A.S », « Risque », « Haut-risque ». Classer un enfant de 5 ans en termes de "risque" est inadmissible et insensé. Comme si l’acte d’enseigner n’était plus que l’évaluation du danger potentiel d’un élève ! Ces évaluations sont scandaleuses.

SUD éducation dit non !

Sur le Web : Communiqué fédéral

Réunion d’information syndicale - mercredi 31 mars 2010

mardi 16 mars 2010

Le syndicat SUD Education Var propose une Réunion d’Information Syndicale le mercredi 31 mars à l’école primaire des Borrels, Hyères, de 9h à 12h.

Vous pouvez participer à cette réunion même si elle n’a pas lieu dans votre circonscription.


Modèle de courrier à adresser à votre IEN une semaine avant la date (autorisation de droit).

M. ou Mme ........ Lieu, date Ecole

A Madame, Monsieur l’Inspecteur de la circonscription de …

Objet : participation à une demi-journée d’information syndicale

Madame, Monsieur l’Inspecteur,

J’ai l’honneur de vous informer que j’assisterai à la réunion d’information syndicale organisée par le syndicat SUD Education Var conformément aux dispositions du décret n°82-447 du 28-05-1982 relatif au droit syndical dans la fonction publique, le mercredi 31 mars à l’école primaire des Borrels, Hyères, de 9h à 12h.

Devenir inspecteur en 45 minutes…

lundi 9 novembre 2009

Le Journal officiel du 28 octobre publie un décret créant un accès par concours sur titres aux fonctions d’inspection. Il représentera 5 % des nominations prononcées, mais pendant 2 ans ce pourcentage est porté à 15%*.
Peuvent être nommés par cette voie inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux les candidats titulaires d’une licence et justifiant de huit années d’expérience professionnelle dans les domaines soit de l’éducation, de l’enseignement ou de la formation, soit dans ceux de l’inspection, de l’expertise ou de l’audit. »
La sélection se fait " au vu de la (ou des) activité(s) professionnelle(s) exercée(s) par le (ou la) candidat(e), de la cohérence du parcours professionnel décrit et de la motivation du (ou de la) candidat(e) à assurer des missions d’inspection, d’expertise ou d’audit". A son issue a lieu un entretien de 45 minutes avec le candidat. Seul l’entretien est noté et donne lieu au classement...

Pétition de soutien "Résistance pédagogique"

vendredi 11 septembre 2009

Vous n’êtes pas enseignant du primaire en activité ?
Qu’à cela ne tienne : signez la pétition de soutien !!!

Site Résistance Pédagogique

lundi 31 août 2009

Pendant les vacances scolaires, est né un nouveau site internet pour les résistants de l’éducation nationale, qui vient dans la continuité des actions de désobéissance civile de l’année scolaire dernière.
Il y a une "Charte de la résistance pédagogique" à lire et à signer, pour les enseignants du premier degré en activité (bientôt la signature en "soutien" sera possible).

Réunion d’information syndicale - mercredi 13 mai 2009

lundi 6 avril 2009

Le syndicat SUD Education Var propose une Réunion d’Information Syndicale le mercredi 13 mai à l’école primaire des Borrels, Hyères, de 9h à 12h.

Vous pouvez participer à cette réunion même si elle n’a pas lieu dans votre circonscription.


Modèle de courrier à adresser à votre IEN une semaine avant la date (autorisation de droit).

M. ou Mme ........
Lieu, date
Ecole

A Madame, Monsieur l’Inspecteur de la circonscription de …

Objet : participation à une demi-journée d’information syndicale

Madame, Monsieur l’Inspecteur,

J’ai l’honneur de vous informer que j’assisterai à la réunion d’information syndicale organisée par le syndicat SUD Education Var conformément aux dispositions du décret n°82-447 du 28-05-1982 relatif au droit syndical dans la fonction publique, le mercredi 13 mai à l’école primaire des Borrels, Hyères, de 9h à 12h.

Manifeste de la désobéissance pédagogique (pétition)

lundi 5 janvier 2009

Pour avoir écrit cette lettre à son inspecteur, Alain Refalo, professeur des écoles à Colomiers (31) est menacé de sanctions. Je tiens à vous faire savoir que je soutiens ce collègue et que, comme lui, je ne puis plus me taire !

C’est pourquoi je m’engage en toute conscience, dans la même démarche de désobéissance, car il est de mon devoir, en tant que personnel de l’Éducation nationale, de résister au démantèlement de ce service public.

(texte complet sur le site de la pétition)

Service Minimum d’Accueil

dimanche 16 novembre 2008

Afin de permettre aux ATSEMs et autres personnels municipaux qui souhaiteraient se mettre en grève le 20 novembre 2008, afin de défendre l’éducation, ou afin de ne pas être réquisitionnés pour le SMA, la fédération SUD Collectivité Territoriales à déposé un préavis de grève pour ce jour là.

Réunion d’information syndicale

samedi 8 novembre 2008

Le syndicat SUD EDUCATION VAR propose une Réunion d’Information Syndicale le mercredi 19 novembre à l’école élémentaire Aguillon, Toulon, de 9h à 12h.

Vous pouvez participer à cette réunion même si elle n’a pas lieu dans votre circonscription.

Voir modèle de lettre.

Ordre du jour :

- Aide personnalisée : organisation des 60 heures
- Temps annualisé
- Droit de grève et service minimum d’accueil, grève du 20 novembre
- Droit syndical : RIS
- Rased
- EPEP
- Elections professionnelles de décembre 2008
- Maternelle
- Réforme des lycées...