Jeudi 16 décembre - Non à la loi Fillon !

SUD Education 83 section Dumont d’Urville
dimanche 12 décembre 2004
par  SUD Education Var

JEUDI : NON !

Nous avons lutté en 2003 contre la réforme des retraites du même Fillon.
Peut-on imaginer qu’il ait changé d’objectif politique en changeant de ministère ?

NON ! La réforme de l’école est inspirée par les mêmes principes néolibéraux. Elle s’inscrit dans un projet d’ensemble cohérent de démantèlement des services publics. Chacun peut en constater les effets au quotidien : système d’indemnisation-chômage, remboursements médicaux, retraites, mais aussi fin de la Poste, la SNCF, l’EDF.
Peut-on se figurer que la réforme de l’école serait dédiée, sans arrière-pensées, à l’intérêt général alors que toute l’action de ce gouvernement vise à satisfaire des intérêts privés ?

NON ! Cette réforme, comme toutes les autres, a pour but la réduction de l’intervention de l’Etat et la cession à terme de ses activités à la concurrence privée. Comme pour les autres réformes, c’est un objectif d’intérêt général qui est mis en avant : « assurer la réussite de tous » . On sait désormais ce que voulait dire Fillon lorsqu’il assurait vouloir « sauver les retraites » .
Peut-on croire le ministre lorsqu’il prétend que l’acquisition d’un « socle » de compétences permettra la réussite de tous ?

NON ! Sous prétexte de lutte contre l’illettrisme, le socle permet d’inscrire durablement dans la loi d’orientation la notion de minimum éducatif (lire, écrire, compter, se servir d’un ordinateur, s’initier à l’anglais et à une vague culture générale). On ne peut ignorer qu’en même temps les organismes internationaux (l’OCDE, l’OMC à travers l’AGCS, ainsi que la Commission Européenne) recommandent d’ouvrir les marchés de la santé et de l’éducation à la concurrence privée. Acquisition du minimum pour tous dans les écoles publiques et à chacun selon ses moyens pour la suite ?

NON ! Pas de cette école, qui renforcerait les inégalités. Pas non plus du contrôle continu au bac qui ne garantirait plus le caractère national de ce diplôme. Ni des « conseils pédagogiques d’établissement » qui soumettraient les projets éducatifs aux besoins locaux en main d’œuvre. Pas de cette professionnalisation précoce de l’enseignement dans des établissements régis par des logiques d’employabilité des jeunes.
Pas de la polyvalence rentable des enseignants au mépris de la qualité des enseignements.

La proposition de loi Fillon sur l’école n’est pas un simple catalogue de propositions négociables pour certaines et à rejeter pour d’autres.
C’est une avancée cohérente vers l’école néolibérale. C’est donc en bloc qu’il faut la refuser.

NON A LA REFORME FILLON, c’est
NON A LA CONDAMNATION DE L’ECOLE PUBLIQUE
NON AU DEMANTELEMENT DES SERVICES PUBLICS
NON A LA REGRESSION SOCIALE

Pour tous ceux, syndiqués ou non syndiqués, qui rejettent cette politique :

RASSEMBLEMENT
sur le parvis des droits de l’homme

(devant la fac de droit de Toulon)


Jeudi 16 décembre à 17 h 30


(le jour où la loi est présentée au Conseil Supérieur de l’Education)

Documents joints

PDF - 86.7 ko
PDF - 86.7 ko

Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var