CTPM du 1er octobre 2009 - Déclaration de la fédération SUD Education

Fédération des syndicats SUD Education
dimanche 18 octobre 2009
par  SUD Education Var

Voici la déclaration faite lors du dernier CTPM dont la séance était ouverte par le ministre. Il n’a pas apprécié, le ministre. Il a remercié toutes les organisations, à l’exception du « dernier intervenant » (devinez qui était le « dernier intervenant ») pour avoir « joué le jeu ».

"Monsieur le Ministre

Nous attendions que vous nous fassiez un beau discours à haute teneur lénifiante, nous assurant de l’attachement de votre gouvernement au service public (l’Education Nationale « service public par excellence »), à l’emploi (« une formidable ressource humaine »), à l’expression libre de tous (le fameux « dialogue social »… Bref, des propos qu’on pourrait entendre tout homme ou femme politique qui ferait emplette au supermarché de la démagogie.

Eh bien, monsieur le ministre, c’est ça que nous craignons : le double langage permanent de ce gouvernement. Lorsqu’il a prétendu défendre le droit d’accueil dans les écoles, tout le monde a bien compris, les parents les premiers, d’ailleurs, qu’il s’agissait de casser le droit de grève. Lorsqu’un ministre de l’époque, appelé depuis à d’autres fonctions, s’était engagé fort et ferme à ce que Gaz de France ne soit pas privatisé, on voit bien ce que ça a donné… et on retrouve le même discours aujourd’hui à propos de la poste.

Dans l’Education Nationale, on retrouve cette même provocation. Le gouvernement déclare faire une priorité de l’emploi alors que, pendant le même temps, il détruit des dizaines de milliers d’emploi, dans la Fonction Publique en général et dans l’Education Nationale en particulier, se comportant ainsi comme le pire des patrons-voyous.

Sous prétexter d’élever le niveau de formation des enseignants, le gouvernement fait passer la « masterisation ». Ce faisant, bien sûr, il allonge la durée des études, empêchant ainsi les enfants de familles paupérisées par une crise économique grave d’accéder à l’enseignement. Ce faisant, il détruit la formation professionnelle qui ne se fera plus que sur le tas. Ce faisant, cette contre réforme contribuera à grossir les rangs des enseignants précaires qui seront rejoints par tous les titulaires d’un master « enseignement » qui n’auront pas réussi les concours : les places que vous n’aurez pas ouvertes au concours, vous les pourvoirez avec des personnels contractuels qui feront le même travail mais sans les droits ni la rémunération attachés au statut des fonctionnaires.

Quant à l’expression des enseignants, la commission de discipline de Marseille a atteint le sommet du grotesque en sanctionnant à l’aube, (à l’aube : ce n’est pas sans évoquer les heures froides de l’histoire sombre des peuples opprimés…) un collègue qui s’est même refusé à assurer sa défense jusqu’au bout devant une caricature de justice. Et pourtant, ces résistants à la conception de l’école de ce gouvernement défendent, eux, le service public et laïque d’éducation.

C’est pourquoi, Monsieur le ministre, SUD Education vous exhorte à revenir sur les décisions des gouvernements précédents, entre autres les suppressions de postes, la masterisation, la répression syndicale… et, si vous ne le faites pas, de grâce, que le gouvernement ait la décence ne pas utiliser ce jargon libéral. Qu’il perpètre ses forfaits, nous nous y opposerons de toues nos forces mais qu’il reconnaisse qu’il s’inscrit dans un plan concerté de casse de tous les services publics."


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var


Brèves

Relaxe d’un policier à Nantes : adresse au nouveau Président de la République

jeudi 10 mai 2012

En novembre 2007, un policier cagoulé et casqué, en armure, protégé derrière une grille, expérimentait sa nouvelle arme, un « lanceur de Balles », en ajustant son tir dans l’œil d’un lycéen dans une manifestation.

Le 3 avril 2012, la Justice prononçait la relaxe de ce policier, tireur récidiviste, au tribunal de Nantes.

Est-il possible que nous vivions dans un pays où l’on peut mutiler un jeune homme pour le seul fait d’avoir manifesté pacifiquement ?

Sur le Web : Suite du texte

Dispositif de négociation palabre : Négo pipeau !

vendredi 13 mars 2009

Communiqué de la fédération des syndicats SUD Education suite à la réunion du lundi 9 mars au ministère (grève du 19 mars 2009).