Précarité : Compte rendu de l’audience en préfecture du mercredi 12 janvier 2011

vendredi 14 janvier 2011
par  SUD Education Var

A l’appel de la CGT Educ’action, du SNUDI-FO, de SUD Education, de la FCPE, une cinquantaine de personnes se sont regroupée devant l’Inspect ion Académique du Var le mercredi 12 janvier 2010 pour dénoncer la situation faite aux personnels précaires de l’Education Nationale, et notamment celles et ceux en contrats dits "aidés"qui font les frais de la politique de rigueur budgétaire par le non renouvellement de leurs contrats.

A l’issue de ce rassemblement, une délégation a été reçue en préfecture par le directeur de cabinet du Préfet.
Ce dernier ne souhaitant recevoir que les représentants des organisations syndicales, a finalement accepté qu’une représentante des EVS/AVS puisse également s’exprimer au sein de la d élégation. Il était pour nous tout à fait normal et nécessaire que les premiers concernés puissent s’exprimer directement.

Au cours de cette audience nous avons rappelé nos revendications :
- pour le maintien des personnels non-titulaires sur leur poste
- pour le renouvellement des contrats arrivés à échéance ou qui arrivent à échéance afin qu’aucun s alarié ne se retrouve au chômage
- pour la titularisation sans conditions de concours et de nationalité des précaires

Cela suppose que l’on crée les postes en nombre nécessaire pour stabiliser l’emploi des non-titulaires dont les missions statutaires existent déjà (secrétariat, vie scolaire, documentation, informatique...) et que soient créés de nouveaux postes lorsqu’ils n’existent pas (accompagnement des &eacu te ;lèves en situation de handicap, aide aux directions d’écoles...)

Nous avons rappelé qu’au moment ou au niveau national s’ouvrent des négociations sur la précarité dans la Fonction Publique, il apparaissait anormal que des centaines de personnels précaires se retrouvent au chômage suite à des restrictions budgétaires. D’autant plus que ces précaires, une fois au chômage avaient peu de chance de pouvoir valoriser leurs acquis professionnels dans d’autres domaine que celui de l’éducation, et que la situation était encore pire pour l es personnes de plus de 50 ans.

Le directeur de cabinet est intervenu sur plusieurs points sur lesquels nous avons réagit :

- il nous a demandé quels types de contrats étaient plus importants à préserver, EVS ou AVS ? Nous avons répondu qu’il n’était pas questi on de hiérarchiser l’importance des missions que remplissent les non-titulaires : tous les postes remplissent une mission de service public !

- il a ensuite expliqué que l’Inspection d’Académie avait mis la priorité au maintien des contrats liés à l’accompagnement des élèves en situation de handicap. Ce que nous savions déjà tous.

- il a rappelé qu’un nouveau dispositif allait se mettre en place permettant de nouveau recrutements de contrats aidés (mais en nombre moins important que les diminutions en cours). Nous avons dénoncé la mise en place de nouveaux contrats alors que certaines personnes venaient juste d’être licenciées sans même pouvoir aller jusqu’au bout de leur possibilités de contrats. Que les nouveaux recrutements allaient faire qu’on devrait redemander une nouvelle audience dans 18 mois pour parler des mêmes problèmes, que ce n’est pas une solution au problème de l’emploi et des chômeurs.

- à propos de la titularisation, il a rappelé que le concours était règle d’accès à la Fonction Publique. Effectivement, mais l’usage de personnels non-titulaires est lui aussi réglementé et normalement très limité alors qu’il y a 16% de non-titulaires. Nous avons insisté sur la nécessité de la titularisation immédiate pour qu’il n’y ait aucun licenciement, et ensuite arrêter le recrutement de précaires pour ne pas reconnaître telles situations à l’avenir.

Pour terminer, sur les suppressions de contrats, puis le nouveau dispositif, sur les variations de nombres de contrats, etc... il a expliqué ce que nous dénonçons tous depuis des années : les précaires, mais surtout les co ntrats aidés sont une variable d’ajustement, du "meilleur rapport coût/avantage" ! Quand il y a une tension sur l’emploi, que le chômage est fort, il y a augmentation du nombre de contrats. Quand la pression est trop forte du côté budgétaire, le nombre baisse, quelles qu’en soient les conséquences humaines sur les personnes qui s’investissent dans leur mission, ou organisationnelle quand on réduit le service public.

Pour l’heure il s’agit de continuer à informer les personnels, non-titulaires et titulaires, et à mobiliser pour dénoncer une situation inadmissible.

Dès mercredi 19 janvier, une nouvelle délégation sera reçue par l’Inspecteur d’Académie le mercredi 19 janvier à 17h.

Une revue de presse est disponible sur notre site internet


Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var


Brèves

Rassemblement contre la précarité dans la Fontion Publique

lundi 17 janvier 2011

1 million d’agents non titulaires dans toute la Fonction Publique. Plusieurs milliers dans le Var !
Stop à la précarité !
C’est la bataille de la sécurité de l’emploi qui est à mener.

Les organisations syndicales départementales CGT - FSU et Solidaires vous adressent un communiqué de presse dans le cadre de la journée d’action du 20 janvier prochain concernant la précarité dans la Fonction Publique.

Dans le Var, deux rassemblements sont organisés :

- DRAGUIGNAN : 12 H. 30 - 13 H. 30 devant la Sous-Préfecture,
- LA GARDE : 16 H. 30 - Place des Libertés (à côté de la Mairie).

Voir le communiqué de presse complet