La publicité à l’école - Interdite mais bien présente...

samedi 2 avril 2005
par  SUD Education Var

A l’heure où Monsieur Fillon nous livre les 14 points de sa désastreuse réforme, nous devons déjà combattre les avancées de plus en plus nombreuses et multiformes des intérêts privés et de la publicité à l’école . La réforme de l’Etat (Loi Organique des Lois de Finances , LOLF) restructure le pays et diminue les responsabilités et engagements de l’Etat au profit des Régions. Cette mesure s’accompagne d’un renforcement des pouvoirs des chefs d’établissement . Ce faisant, tout est prêt pour inciter les établissements publics, de plus en plus autonomes et à charge de régions qui n’auront pas nécessairement les moyens de les assumer, à rechercher des financements privés .

Nous y sommes déjà : Ici on voit apparaître, au mépris de la récente circulaire du 28 Mars 2001, des distributeurs de boissons servant de support publicitaire ; ailleurs s’installent dans le réfectoire 2 ou 3 distributeurs Miko de glace à l’italienne ; dans un autre établissement, une banderole de 6 mètres de long sur un mètre de haut à la gloire du Crédit Agricole trône devant 600 élèves assis pour la remise des récompenses du cross du collège ; on voit fleurir dans les réfectoires d’étranges panneaux dont les pseudos préceptes éducatifs sont rédigés en minuscule tandis que le magnifique slogan au graphisme et aux couleurs très lisibles de loin et rappelant étrangement certains produits laitiers, assène aux élèves, 3 semaines durant, « Pote, le plaisir d’être au top ! » . Cette campagne était assortie d’une distribution de prospectus où figure le même logo et un slogan encore plus éducatif : « sois pote et t’es toi ! ». Autrement dit, consomme et boucle la .... ! Mieux : ces documents, prétendument éducatifs, invitent les élèves à visiter un site Internet interdit par le Rectorat (et pour cause : en guise d’informations sur la nutrition, on y trouve toutes sortes d’informations sur la longueur du pénis, les zones érogènes, les positions du Kamasoutra avec photos bien entendu !). Il y est également affirmé que « fast-food = good food » ! Cela à l’heure même où le très libéral gouvernement britannique est en train de légiférer pour interdire la publicité pour ces fast-food et prépare des campagnes d’information auprès des adolescents pour prévenir les risques d’obésité et les problèmes de santé liés à la consommation de ces cheese-burgers et autres nuggets.

Si dans la plupart des établissements les tentatives d’incursion de la publicité sous toutes ses formes ont provoqué de vives réactions chez les enseignants et les parents d’élèves - réactions qui ont suffi à stopper immédiatement ces initiatives - j’ai, pour ma part le triste privilège d’être dans un établissement - le Collège Jacques Prévert aux Arcs (83) où toutes ces pratiques ont eu lieu !

Et malgré nos protestations qu’elles soient orales, par voie de Conseil d’Administration, écrites et même après un courrier au Recteur dénonçant ce manquement aux règles élémentaires de neutralité, nous avons eu droit, cerise sur le gâteau, à la distribution à la cantine, jeudi 2 Décembre, d’un calendrier de l’Avent ! Cette fois, ce n’est plus seulement la circulaire de Mars 2001 qu’on foule au pied mais la récente loi sur la laïcité qui interdit les signes ostensibles d’appartenance religieuse .

Que faut-il voir derrière tout cela ? Des fournisseurs avides de saisir ou conserver un marché et pouvant à bon compte faire passer auprès d’un public captif toutes sortes de messages publicitaires qui « inondent » les collèges de « cadeaux » (prix très bas, desserts gratuits, livres et CD offerts pour le CDI, etc.) Les décideurs qui acceptent ces pratiques (gestionnaires, chefs d’établissement) font preuve à l’égard de ces offres alléchantes d’une complaisance pour le moins coupable. Et lorsqu’on voit l’insistance de certains d’entre eux à perpétrer ces pratiques malgré les protestations et le ridicule de leurs arguments (« cela fait plaisir aux élèves » ...!) on peut se demander quelles compensations sont offertes par les fournisseurs pour se garantir l’obtention ou le maintien de si juteux marchés.

V.G.


(*) Avent : du mot « adventus » en latin qui signifie « venue » et qui correspond à la première période liturgique chrétienne préparant à la Nativité, « naissance de Jésus ».


Navigation

Articles de la rubrique

Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var