DGH 2012-2013 - lycée Jean Moulin (Draguignan)

Motion Conseil d’Administration
jeudi 9 février 2012
par  SUD Education Var

Liste unitaire "FO-FSU-SUD et non-syndiqué-e-s" du lycée Jean Moulin de Draguignan a déposé une motion au Conseil d’Administration, tenant lieu d’explication de vote.

Motion DGH

Une fois de plus, le lycée Jean Moulin est frappé par la politique de suppression massive de postes d’enseignants menée par depuis plusieurs années maintenant par le gouvernement en place.

Cette année, le lycée perd 3 postes, ce qui signifie qu’à la rentrée prochaine, trois de nos collègues devront aller travailler dans d’autres lycées ou collèges de l’académie – qui, rappelons-le, couvre les départements 06 et 83 ! -, et 4 autres devront effectuer des compléments de service de 4 à 12h dans d’autres établissements.

Pourtant, le lycée dispose d’un nombre considérable d’heures supplémentaires : en anglais, l’une de nos collègues devra faire 12h dans un autre établissement ; pourtant, le lycée dispose de... 21,5h supplémentaires en anglais ! En lettres, l’une de nos collègues doit de même accepter un complément de service de 12h, alors que le lycée dispose de 14,75h supplémentaires en lettres ; en espagnol, une collègue devra faire 6h de complément de service dans un autre établissement, alors que le lycée dispose de 7,5h supplémentaires pour cette discipline ; en SVT, une collègue devra faire 4h dans un autre établissement, alors que le lycée dispose de... 14,5 heures supplémentaires.

Au total, le lycée Jean Moulin dispose de 166,25 heures supplémentaires... Mais le ministère exige tout de même la suppression de plus de trois postes !

Le gouvernement a en effet choisi, délibérément, une logique purement comptable : les heures supplémentaires reviennent moins cher, parce que l’Etat de ne paie pas de cotisations patronales dessus... Quel exemple pour un gouvernement qui prétend faire de la lutte contre le chômage sa priorité, mais qui préfère donner des heures supplémentaires à ses agents plutôt que d’embaucher ceux dont il aurait réellement besoin.

Et quel exemple pour un gouvernement qui prétend également faire de l’éducation une priorité ! Les suppressions de postes, la multiplication des postes sur deux ou trois établissements détruisent des équipes soudées, précarisent des enseignants qui ne peuvent plus se projeter dans l’avenir parce qu’ils doivent se demander, chaque année, s’ils ne seront pas mutés de Brignoles à Menton ou de Valdeblore à Toulon, parfois à trois ans de la retraite, alors qu’ils ont travaillé des années dans un lycée, dans une ville, où ils ont construit leur vie... Comment sont-ils censés faire leur travail dans ces conditions ?

Ajoutez à cela la suppression de la formation des stagiaires, qui doivent désormais, par souci d’économie là aussi, assumer dès leur première année d’enseignement un service complet, ce qui pousse de plus en plus de jeunes entrants dans la carrière à démissionner, dégoûtés ; ajoutez les réformes successives, dont le dernière en date est celle des premières, qui n’ont en réalité qu’un but : permettre de mettre un maximum d’élèves dans les classes, si bien que les classes à 33 élèves minimum deviennent la norme ; ajoutez les suppressions horaires dans toutes les disciplines, qui alourdissent la charge de travail des enseignants en augmentant le nombre de classes qu’ils ont en charge – comment peut-on encore prétendre qu’un enseignement de qualité sera dispensé à nos élèves dans ces conditions ?

Nous demandons simplement les moyens de bien faire notre travail. Nous demandons que les heures supplémentaires soient converties en heures postes pour maintenir les postes d’enseignants, nous demandons que les horaires disciplinaires soient maintenus, et que les effectifs des classes soient allégés, bref que le gouvernement fasse réellement de l’éducation des jeunes de ce pays, comme il le prétend, une priorité.

Pour toutes ces raisons, nous refusons une DHG qui contraint les équipes de direction et d’enseignement du lycée Jean Moulin à gérer la pénurie, et qui implique une dégradation encore accrue des conditions d’enseignement, au mépris total du droit des élèves recevoir un enseignement de qualité.


DGH refusée au CA par 13 voix contre 8 pour et 2 abstentions


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301

Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var


Brèves

Pétition intersyndicale pour l’enseignement professionnel public

lundi 23 janvier 2012

Depuis plus de 60 ans, les personnels des LP, SEP, SEGPA et EREA assurent en France l’enseignement professionnel initial, sous statut scolaire, au sein du ministère de l’Éducation nationale et de celui de l’Agriculture. Ils revendiquent l’égale dignité de cette voie professionnelle, pour leurs élèves et pour eux-mêmes, avec les deux autres voies du lycée, générale et technologique... [suite sur le site de la pétition]

Pétition : Mutations 2009

mercredi 11 mars 2009

Pétition de l’intersyndicale 2nd degré

Toujours les manifestations lycéennes

vendredi 25 avril 2008

Jeudi 24 avril, les lycéens ont de nouveau manifesté :
- 3000 à Toulon (lycées Beaussier, Dumont, Bonaparte, Cisson, Langevin, Le Coudon...)
- 300 à Hyères (Costebelle, Jean Aicard, Golf Hôtel)

Retour de vacances, retour de la mobilisation lycéenne

lundi 21 avril 2008

Quelques nouvelles du Var :

- lycée Janetti à St Maximin : de nouveau bloqué
- lycée Beaussier à la Seyne sur mer : de nouveau bloqué
- lycée de Lorgues : entré dans le mouvement et bloqué aujourd’hui
- lycée Dumont d’Urville à Toulon, bloqué

Le lycée Raynouard de Brignoles semble sur le point de rejoindre le mouvement.

Jeudi 3 avril : deux fois plus nombreux !

jeudi 3 avril 2008

Mardi 1er avril une première manifestation avait mobilisé 2000 lycéens dans les rues de Toulon.

Jeudi 3 avril ce sont 4000 à 5000 lycéens qui sont venus manifester leur opposition aux suppressions de postes d’enseignants et réclamer le rétablissement de leurs options.

A Langevin la police était sur place à 6h du matin

jeudi 3 avril 2008

Au lycée Langevin de la Seyne sur mer, intervention matinale pour empêcher le blocage du lycée par les élèves avec menaces de les embarquer. La grande majorité des élèves est restée dehors puis partis à la manifestation à Toulon.

A Hyères aussi les lycéens ont bloqué 2 lycées

jeudi 3 avril 2008

Les lycées Jean Aicard et le Golf Hôtel à Hyères ont été bloqués par les élèves.

Manifestation lycéenne au centre ville.

Deux lycées du centre Var entrent dans le mouvement

jeudi 3 avril 2008

Aujourd’hui jeudi 3 avril, les lycées Janetti (Saint Maximin) et Raynouard (Brignoles) ont été bloqués par les élèves.

A Brignoles les élèves ont ensuite manifesté dans la ville.

Manifestation à 10h place de la Liberté à Toulon

lundi 31 mars 2008

A l’appel de l’UNL et des coordinations lycéennes, avec le soutien d’organisations de salariés.

Beaussier et Langevin toujours bloqués

lundi 31 mars 2008

Les élèves ont reconduit le blocage des deux lycées de La Seyne sur mer.
Ils appellent à la manifestation du 1er avril à 10h, à Toulon.