Chatel : une dernière provoc et puis s’en va !

Fédération SUD Education
jeudi 10 mai 2012
par  SUD Education Var

Le futur ex-ministre de l’Education Nationale a fait paraître ce décret évaluation en catimini juste avant de partir, juste après la défaite de Sarkozy. Rappelons que cette réforme de l’évaluation a occasionné deux journées de grève nationale, a été unanimement rejetée par les organisations syndicales, et a fait l’unanimité contre elle au Comité Technique ainsi qu’au Conseil Supérieur de la Fonction Publique d’Etat.

Luc Chatel, en publiant ce décret, rajoute une ultime provocation envers les personnels de l’éducation nationale, ce qui ne nous étonne pas mais reste choquant.

Sud éducation exige l’abrogation immédiate de ce décret. Elle exige que soient abandonnées les modalités d’évaluation-notation des personnels administratifs, ouvriers, de santé et du social. Ces modalités sont en effet similaires à celles que ce décret veut instituer pour les enseignants, et aussi inacceptables.

L’entourage du nouveau président de la république a affirmé qu’il abrogerait au plus vite le décret sur l’évaluation des enseignants, CPE et COP. La fédération Sud éducation sera très vigilante pour que cet engagement ne reste pas lettre morte, et attend que la même célérité soit de mise en ce qui concerne l’abrogation de toutes les contre réformes mises en œuvre sous la présidence de Sarkozy. Et la liste est longue ...


Annonces

Contacter SUD Education Var

SUD Éducation Var
Siège du syndicat
La Luciole, 36 rue Émile Vincent, 83000 Toulon
Téléphone : 04 94 21 81 89
Fax : 04 22 14 08 43
mél : contact @ sudeduc83.org

Union locale Solidaires Dracénie
12 Boulevard Foch, 83300 Draguignan
Téléphone : 04 94 85 07 72
Fax : 04 22 14 08 64

Adhérer à SUD Éducation Var


Brèves

Relaxe d’un policier à Nantes : adresse au nouveau Président de la République

jeudi 10 mai 2012

En novembre 2007, un policier cagoulé et casqué, en armure, protégé derrière une grille, expérimentait sa nouvelle arme, un « lanceur de Balles », en ajustant son tir dans l’œil d’un lycéen dans une manifestation.

Le 3 avril 2012, la Justice prononçait la relaxe de ce policier, tireur récidiviste, au tribunal de Nantes.

Est-il possible que nous vivions dans un pays où l’on peut mutiler un jeune homme pour le seul fait d’avoir manifesté pacifiquement ?

Sur le Web : Suite du texte

Dispositif de négociation palabre : Négo pipeau !

vendredi 13 mars 2009

Communiqué de la fédération des syndicats SUD Education suite à la réunion du lundi 9 mars au ministère (grève du 19 mars 2009).